Nuqat 2013 : la conférence du choc des cultures

BWKJzojCIAA57qy.jpg-large
BWKJzojCIAA57qy.jpg-large

On ne vous parle pas souvent du Koweït, et pourtant, c’est là que se tient depuis quelques années le cycle de conférences Nuqat, un rendez-vous des créatifs du monde arabe, devenu incontournable.

Pendant plusieurs jours s’y enchaînent conférences et workshops sans interruption, un programme riche et dense où on parle pêle-mêle de design, d’arts graphiques, de cinéma, de mode, ou d’architecture. Tous les ans, ce sont des figures émergentes du nouveau monde arabe qui se succèdent pour identifier et interroger les défis et les accomplissements d’une scène créative arabe en mutation.

Nuqat est né en 2009 d’une frustration, l’absence d’une plate-forme qui fédérerait les créatifs du monde arabe, d’une tribune et d’une occasion pour eux de s’exprimer, de communiquer, d’échanger, de matérialiser cette renaissance arabe encore timide. Nuqat (Nuqat ala al hourouf), ce sont les points sans lesquels les lettres arabes ne pourraient pas se lire, se dire, seraient sans voix. Nuqat est un événement heureux et nécessaire.

A travers des cycles thématiques, Nuqat propose aux intervenants une problématique globale, qui leur servira de cadre de travail et de ligne directrice pour analyser le changement, les mutations brutales du monde contemporain, et leurs conséquences sur la créativité arabe. Nuqat cherche à connecter et éduquer un public curieux et responsabilisé à l’importance d’un ralliement de la cause créative arabe. En 2010, c’est la pollution visuelle dans le monde arabe (Visual pollution in the arab world) qui est pointée du doigt. Cette année c’est le choc culturel, plus précisément l’exécution du choc culturel (executing culture shock), comment le traduire dans la création, choisir de l’accepter, de le rejeter, de le réinventer.

Au programme cette année, quelques personnalités que Lioumness vous a déjà présentées, et bien d’autres. Tarek Atrissi, graphic designer et expert de la typographie, qui nous présentait ses carnets, ses croquis, et une collection de polices d’écriture arabes dans un Harraga Bag fascinant. Danah Abdulla, fondatrice du magazine londonien Kalimat, que vous retrouverez très prochainement en interview ici-même, et qui nous parlera de l’intérêt de combattre ce qu’elle appelle ‘le statu quo’, autrement dit la perception occidentale et faussée dans laquelle stagne l’imaginaire arabe. Younes Duret, designer produit, qu’on ne vous présente plus, et qui interviendra pendant Nuqat dans le cadre d’un atelier d’impression 3D, et d’une conférence au titre intrigant ‘Personal disorientation ?’, une conférence coup de poing, où il nous explique vouloir attaquer l’idée même de choc culturel.

« Dépasser l’opposition avec l’occident, la revendication culturelle unilatérale, oublier les kefiye et les drapeaux américains détournés, pour enfin créer du nouveau. »

Pour ceux qui se trouvent au Koweït ou aux alentours donc, un total de 22 conférences, 9 workshops, et une exposition vous attendent du 7 au 12 Novembre. Pour la programmation complète, n’hésitez pas à faire un tour sur le site internet dédié.