Nawfel Chana

Capture-d’écran-2014-11-15-à-19.28.00.png

Nom : Nawfel ChanaAge : 31 ans Localisation : Rabat Occupation : Ophtalmologue et fondateur de l’association Eden Maroc

Nawfel chana

Nawfel Chana est un Ness Lioum comme on aimerait en rencontrer tous les jours. Ce médecin de formation est aussi un blogueur actif et réactif, un intervenant régulier dans les conférences à thème et le président de l’association Eden Maroc.

Sur les réseaux sociaux, il joue de son côté critique et incisif, manie habilement le verbe et l’humour pour disséquer l’actualité, diagnostiquer les anomalies sociales, et “prescrire” quelques issues possibles. Derrière ses allures de personnage antipathique et de misanthrope aigri, Nawfel n’en reste pas moins quelqu’un de profondément tourné vers l’autre, un rêveur qui croit au changement et qui parie sur l’humanité de chacun.

  • Tu dis qu’Eden Maroc est parti d’un pari fou, qu’est-ce qui a animé ce projet ?

Disons que c’est un peu notre héritage culturel et religieux (la culture du don, servir autrui..) qui s’est exprimé quand on a réalisé qu’on avait beaucoup de chance. La vie est injuste, et ça bien avant que la cigogne ne nous dépose devant la porte de nos parents. Certains naîtront avec des déficits qui empoisonnent la vie, pendant que d’autres, plus tard, payeront les frais de nos politiques. Être solidaire, c’est considérer que j’aurais pu être l’autre et que ma condition n’est pas une question de mérite. C’est considérer que j’ai une dette envers les défavorisés qui n’ont pas eu ma chance. Devant autant d’injustices flagrantes, et devant notre incapacité à créer un système étatique qui pourrait garantir l’équité et la protection sociale, il est indispensable de développer quelque chose qui serait de l’ordre de la solidarité nationale, où ceux qui ont des choses à donner, les offrent à ceux qui en ont besoin. Donc la solidarité, à l’échelle personnelle, c’est d’abord de l’humilité, se dire que ça aurait pu être moi. Ensuite, à l’échelle d’une société, c’est un devoir, et non pas un luxe, indispensable à la cohésion sociale.

  • La plus belle réalisation de l’association ?

Il y a eu la construction d’une bibliothèque pour réconcilier l’écolier marocain issu de l’enseignement public, avec le livre; des caravanes médicales dans des régions enclavées du Royaume avec plus de 10.000 bénéficiaires; des campagnes de sensibilisation sur des thèmes divers (tabac, santé féminine..); des conférences/débats sur des sujets sensibles (émancipation de la femme, les libertés individuelles, l’intérêt du vote électoral..) où on a réussi à faire asseoir à la même table les représentants des différents ghettos intellectuels; l’aménagement de 4 salles de jeux au sein des services de l’Hôpital d’enfants de Rabat, etc. Mais la plus belle réussite d’Eden reste ses membres. Voir des jeunes décamper de leur conditionnement idéologique et professer d’écouter l’autre, sortir de leur timidité et animer des débats, quitter le rôle de spectateur et devenir chef de projet, ça n’a pas de prix. Je rencontre régulièrement des jeunes qui décident à leur tour de se regrouper dans un cadre légal pour faire avancer les choses dans leur région, motivés et inspirés par notre aventure. Donc la plus belle réalisation d’Eden est d’avoir réussi à en faire une expérience contagieuse.

  • Quel est le plus gros obstacle à l’action d’Eden Maroc ?

Le financement des projets. Hélas au Maroc, le sponsoring est la quasi-exclusivité du divertissement. Une chanteuse libanaise qui danse plus qu’elle ne chante est un investissement plus affriolant pour les sponsors que des enfants qui ont besoin d’un toit, de soins médicaux ou de livres. L’ère est à la chansonnette et non au labeur. La Fontaine doit s’en retourner dans sa tombe : “cigale” est devenue un métier très gratifiant. Mais la vie n’est pas une fable, elle n’a donc pas de morale.

  • Tu abordes souvent des sujets graves sur ton blog, dans une catégorie que tu as appelé “Une Bouteille à la mer”, est-ce par lucidité sur le caractère vain de ces messages ?

Mon blog, comme son titre l’indique – J’écris parce que je chante mal – est certes la conséquence d’une frustration (de ne pas être une cigale). J’ai la saumâtre habitude de dire des choses qui fâchent, or nous les humains, moi en premier, n’acceptons certaines vérités blessantes que lorsqu’elles ne nous sont pas adressées personnellement : les auteurs morts et les anonymes sont les plus appréciés dans notre espèce, on s’intéresse uniquement à leurs réflexions. J’ai donc décidé, pour me faire écouter, de débarrasser mes idées de ma personne. Ecrire des messages et d’un geste élégant les jeter à la mer par un simple clic, dans l’espoir qu’ils trouvent des lecteurs à l’autre rive du câble ADSL. Donc ça n’a rien de vain, tout acte désespéré est chargé d’espoirs.

  • Qu’est-ce qui te pousse à continuer ?

Quand j’étais petit, en grand amateur de comics, je voulais devenir Super Hero et sauver des vies. Actuellement je suis chirurgien ophtalmologue : je porte un masque et je sauve des vues. J’écris dans l’espoir d’ouvrir les yeux à ceux qui préfèrent les fermer sur ce qui se passe en eux et dans le monde. J’aime ce que je fais. Au fil des projets d’Eden Maroc, je rencontre des gens formidables de toutes les couches sociales, avec qui j’apprends énormément et qui me rappellent ma chance, et donc ma responsabilité.

  • Qu’est-ce qui pourrait te faire arrêter ?

La kryptonite !

  • Qu’est-ce que tu aimerais épargner à tes enfants par-dessus tout ?

Il est rare de réussir l’éducation de ses enfants. Les parents sont des aveugles que la société a désigné comme guides pour sa progéniture. Mais si je devais épargner à mon enfant une chose ce serait de devenir un-con-sciemment victime du consumérisme violent qui rend aveugle et insensible à la détresse d’autrui.

  • S’il n’y avait qu’un seul message à faire passer ?

J’aimerais chuchoter à l’oreille de chaque lecteur «réveille-toi!».

  • On te surprend souvent, à travers tes “tweets”, à noter des comportements ou des attitudes. Si l’on te dit 0/10 et 10/10, qu’est-ce qui te vient immédiatement à l’esprit ?

Aucun comportement ne peut être parfaitement injustifiable et aucun ne peut être parfaitement incritiquable, c’est pour cela que ces deux notes ne sont jamais sorties. Mais je pense que la vanité est l’attitude qui se rapproche le plus du 00 et le don du 10.