Malca, le roi marocain de la pop

Capture-d’écran-2015-03-11-à-16.17.47-e1426160710200.png

Malca, ça veut dire roi, et ce jeune casablancais a déjà tout d'un grand. On vous l'avait présenté il y a deux ans déjà, et on vous avait même offert une jolie session acoustique avec lui dans un appartement parisien. Aujourd'hui, si son empreinte soul est toujours là, son rock sulfureux a laissé place une à électro-pop vaporeuse qui signe son retour avec fraîcheur et élégance. She's too high, son premier morceau, est haut perché en effet, et complètement planant !

Avec ce premier morceau, sa mélodie à la fois éthérée et exotique est la rencontre éclatante entre électro, soul, funk et pop, Malca signe d'ores et déjà la bande son de notre été. Ca sent bon le soleil et les souvenirs de vacances. C'est aussi une histoire d'amour contrarié, chantée avec une sensualité et une pointe de désespoir qui viennent de loin, de la soul des années 80 dont déborde l'univers de Malca. Cet équilibriste de la pop mêle aussi avec audace et justesse synthés rétro, percus vintages, et beats groovy. On entend parfois The Kooks dans la diction des refrains, on retrouve le groove modern soul de Jungle, et on se surprend même à reconnaître un peu de la pop rétro de Blood Orange. Equilibriste du bon goût on vous dit !

Et sinon le clip, on en parle ? Un montage super kitsch du meilleur et du pire de Aziz El Berkani (Laboti) qui fonctionne étrangement. D'un côté le contraste fait son effet, et de l'autre, l'association des images et du son est parfois même surprenamment crédible. Drôle, déroutant, décalé, mais pas que. C'est aussi un hommage à ces artistes de la scène chaâbi qui bravent les tabous et les interdits de la société marocaine pour faire danser - et parfois même s'aimer - les gens sur des musiques de cabaret aux paroles suggestives et inconvenantes - pour certains. Coucou Daoudia !

Finalement, le choix de ce clip complètement décalé et l'absence d'incarnation revendiquée participe de la bonne humeur que distille ce premier morceau, presque addictif. Petite pilule du bonheur : on sourit, on se déhanche, et on en redemande.

Avis aux parisiens, Malca sera en concert ce Samedi 14 mars, au 114