[CLIP DU JOUR] "Habibi", la complainte ténébreuse de Tamino

Tamino, c'était le prince égyptien dans La Flûte Enchantée de Mozart. Mais celui qui nous intéresse, on le compare déjà à Jeff Buckley, Nick Cave ou Radiohead. De son vrai nom Tamino-Amir Muharram Fouad, le jeune prodige flamand d’origine égyptienne de 21 ans s’impose déjà comme la révélation pop-rock du moment avec son premier EP « Habibi ». Coup de coeur. 

 Crédit : Ramy Moharam Fouad.

Crédit : Ramy Moharam Fouad.

Il a la gueule de Louis Garrel doublée de la grâce d’une gravure grecque et sa musique a l’élégance intemporelle des grands classiques. Dans son timbre, on retrouve la mélancolie bouleversante d’un Antony and The Johnsons et la chaleur puissante et maîtrisée d’un crooner américain. Accompagné de sa simple guitare, sa musique a l’obscurité que seule la vraie intimité procure. 


«  La solitude peut être quelque chose de très beau, car elle engendre du désir »


D’une troublante simplicité, Habibi est un cri du coeur, cri d’une douleur manifeste, sublime et effroyable, cri d’un désir désespéré et fatalement contrarié. Les inflexions orientales - presque lyriques - dans le refrain, achèvent de nous émouvoir. Avec cette façon de tenir la note, cette langueur dans la complainte, on pense aux grandes chansons d’amour arabes, à Ana Lak Ala Toul - انا لك على طول de Abdel Halim, à ce temps que l’on n’a pas connu mais que l’on rêve peut-être secrètement de voir renaître. 

Le clip, réalisé par son jeune frère de 18 ans Ramy, est tout aussi élégant et épuré que la musique. Un simple travelling arrière en plan séquence, qui commence par un cadre très serré et fini par révéler Tamino, seul avec sa guitare et son ampli, au milieu d’un appartement désuet qui semble abandonné. 

Comme son homonyme chez Mozart, Tamino a le pouvoir d’émouvoir par la seule puissance de la musique. Une sorte d’enchantement, de sortilège, dont on ne se remet jamais vraiment.