Aida Azlin & Karim Boubker

Nom : Karim & Aida Age : 25 ans Occupations : Photographe et graphiste designer Localisation : DubaÏ

Karim Boubker est marocain, Aida Azlin est singapourienne, ils sont mariés, ils vivent à Dubaï, et ont lancés il y a quelques jours The 114, un projet qui concilie une foi musulmane, et un amour profond pour les nouvelles technologies et les tendances actuelles du graphic design. C’est à la fois une marque, un blog, une source d’inspiration, des récits, et des bouts de philosophie. Aida et Karim représentent la génération hijab et macbook, et cultivent autour de leur projet l’image d’un islam hype et branché. Rencontre avec deux personnages atypiques et touchants.

aa_114
aa_114
  • Votre parcours, vos différents projets… 

Karim: Je suis né en Angleterre et ai été élevé au Maroc, à Tanger, jusqu’à mes 18 ans. J’ai ensuite déménagé à Londres pour poursuivre mes études. Tout comme Aida, j’ai un bachelor en Cinema et j’ai multiplié les expériences dans des agences de marketing digital. Je suis intimement convaincu qu’il faut donner un sens à sa vie et je fais de mon mieux pour m’engager dans des projets qui œuvrent à améliorer la vie des autres et à envisager des lendemains meilleurs.

Je crois également en l’importance de la connaissance et  la puissance de la lecture pour palier à l’éducation classique. Et je suis profondement fasciné par les synergies entre nouvelles technologies, développement personnel et  marketing de contenu.

Je remplis mon cœur d’une foi sincère et profonde, et tends vers cette rare sensation qu’est la tranquillité de l’âme et de l’esprit, que me confère ma pratique religieuse. Et c’est là la principale raison de ma participation à The 114, aider les autres à expérimenter la paix avec soi-même.

Aida: Après mon bachelor en Cinema, j’ai pris le temps de voyager pendant un an et demi. J’ai été confrontée ensuite à la dure période d’incertitudes pendant la recherche d’emploi et à celle de la transition avec la vie adulte en général. J’ai travaillé en freelance pendant quelques temps pour financer mes voyages, notamment en tant qu’assistante réalisatrice de films indépendants et ai exercé toutes sortes d’activité qui ne me forçait pas à travailler derrière un bureau de 9h à 17h. J’étais épuisée mais ma curiosité me sauvait. En Mai 2012, un événement est survenu et j’ai “redécouvert” l’Islam.

L’Islam est la seule chose qui me fait ressentir mille et une choses à la fois, entre excitation et paix avec soi-même. L’Islam m’apaise et me réconcilie avec l’humilité, l’amour et la connaissance, et il m’apprend à être responsable de mes actions. Mon existence a soudainement trouvé tout son sens!

  • Explications sur le projet The 114 et son nom

Aida: The 114 tient son nom des 114 surah que compte le Coran. C’est le discours le plus juste et le meilleur compagnon qu’on puisse avoir .

  • Votre slogan: Educate. Encourage. Empower

Karim: “Eduquer” d’abord, parce que l’Islam a mis en évidence l’importance de la quête de la connaissance et son partage.“Encourager” ensuite, parce que nous voulons pousser les gens (et nous mêmes) à se rendre compte de leur potentiel et du sens profond de leur existence, afin de laisser sa chance à l’Islam. Nous voulons encourager le bien, l’amour et l’altruisme dans ce monde de plus en plus rude. Enfin, nous souhaitons travailler avec des artisans du monde entier, afin de leur donner l’opportunité d’accéder à leurs rêves, et le crédit et la reconnaissance qu’ils méritent.

  • Quels seront les produits développés par The 114 ?

Aida: Les produits de the 114 consistent en un ou deux articles “signatures” (qui seront toujours présents). La série ”Oh My Allah”, les citations brodées, mais aussi des collaborations avec des artisans ou des fondations. Les pièces que nous développerons iront dans le sens de nos inspirations du moment, en terme de tissus et de matières (cuir, laine, métal…).

  • Comment faites-vous pour produire vos articles et qui fait les designs? Nous comprenons qu’il y a une dimension responsable dans votre projet, pouvez-vous nous donner plus de précisions ?

Aida: Nous nous concerterons toujours tous les deux et déciderons ensemble des pièces que nous voudrons lancer. Nous sommes dans une logique émotionnelle et non quantitative, et recherchons une réelle valeur ajoutée: des produits utiles, provocateurs de changements et amorceur de conversations.

Je suis à l’origine des designs en général, mais jamais sans en discuter avec les gens qui travaillent avec nous. En ce qui concerne la production, c’est là le point de départ de  l’aspect collaboratif de notre projet. Nous ne savons pas tout et avons beaucoup de plaisir à travailler avec des gens bien plus experts que nous dans leurs domaines.