A-WA, le phénomène châabi-pop yéménite

Capture-d’écran-2015-03-24-à-11.16.02-e1427201588158.png

Heureuse coïncidence que sur la même planète, il y ait un autre trio de soeurs "Haim", toutes aussi brillantes et électrisantes que les jeunes californiennes. Celles dont il est question ici s'appellent Tair, Liron & Tagel, sont d'origine yéménite et leur groupe A-Wa [ay-ouah] est la nouvelle sensation de la scène musicale israélienne.

awa
awa

Entre chansons contestataires des années 60, tradition orale yéménite, et électro-caravane, les soeurs Haim et leurs voix hypnotiques inventent un style nouveau, une sorte de châabi-pop porté par des instruments modernes et des samples groovy. Elles chantent l'amour et la protestation, en arabe et en yéménite, et livrent des clips aussi décalés que follement esthétiques. Leur univers est à la fois empreint de références au folklore de leur région, de couleurs pop acidulées, et de lignes graphiques hyper épurées pour un résultat vibrant, euphorisant ! 

La sortie de leur dernier single, Habib Galbi, nous avait été soufflée par nos copains d'Acid Arabet avait très vite été relayée sur Clique.tv. Alors qu'elle se fait doucement une place "au soleil" à Paris, la vague A-WA déferle sur l'autre rive de la méditerranée et vient nous réchauffer en ce début de printemps un peu morne. Et ça tombe bien, c'est justement notre coup de coeur de la semaine, en attendant la sortie de l'album produit par Tomer Yosef, le chanteur et guitariste du groupe Balkan Beat Box.

Sur scène, ces trois drôles de dames s'accompagnent du keytar hero Hod Mushonov, Amir Bresler est à la batterie & electronics et Yogev Glosman basse & violon.