12 documentaires sortis en 2015 à voir absolument

DOC-CO-copie.jpg

2015 a été une année riche et chargée en rencontres et en production documentaires. Nous avons donc demandé à quatre acteurs de l'industrie de nous établir leur top 3, dans le désordre, pour une sélection inédite.

ALAA
ALAA
  • Fi rassi rond point de Hassen Ferhani (Algérie, France, Qatar, Liban, Pays-Bas) 

Dans le plus grand abattoir d'Alger des hommes vivent et travaillent à huis-clos aux rythmes lancinants de leurs tâches et de leurs rêves. L’espoir, l’amertume, l’amour, le paradis et l’enfer, le football se racontent comme des mélodies de Chaabi et de Raï qui cadencent leur vie et leur monde.

« La révolution ? T’as qu’à la regarder à la télé ! », lance Farraj à Anna quand les premières manifestations éclatent en Egypte en janvier 2011. Alors qu’un grand chant révolutionnaire s’élève de la place Tahrir, à 700km de là, au village de la Jezira, rien ne semble bouger. C’est par la lucarne de sa télévision que, Farraj va suivre les bouleversements qui secouent son pays. Pendant trois ans, un dialogue complice se dessine entre la réalisatrice et ce paysan égyptien : lui, pioche sur l’épaule, elle, caméra à la main.  Leurs échanges témoignent du ballottement des consciences et des espoirs de changement : un cheminement politique lent, profond et plein de promesses…

  • La route du pain d'Hicham Elladdaqi (France, Maroc, Belgique)

Le quotidien lent et désespérant des habitants d’un quartier populaire de Marrakech, ou le ballet toujours recommencé des laissés pour compte d’un système. Chaque jour, ils sont des milliers d’hommes et de femmes à se poster aux pieds des remparts de la Médina pour quémander du travail. Ils sont les petites mains, la cheville ouvrière indispensable à l’essor économique d’une ville portée par une industrie touristique florissante.

SARAH LAMRINI
SARAH LAMRINI
  • Amy, de Asif Kapadian (Etats-Unis)

"Par son brillant travail de montage, Kapadian réinvente le documentaire biographique, et critique d'une manière très fine une certaine tendance de notre société actuelle à broyer les artistes qu'elle aime (trop)."

Dotée d’un talent unique au sein de sa génération, Amy Winehouse a immédiatement capté l’attention du monde entier. Authentique artiste jazz, elle se servait de ses dons pour l’écriture et l’interprétation afin d’analyser ses propres failles. Cette combinaison de sincérité à l’état brut et de talent ont donné vie à certaines des chansons les plus populaires de notre époque. Mais l’attention permanente des médias et une vie personnelle compliquée associées à un succès planétaire et un mode de vie instable ont fait de la vie d’Amy Winehouse un château de cartes à l’équilibre précaire. Le grand public a célébré son immense succès tout en jugeant à la hâte ses faiblesses. Ce talent si salvateur pour elle a fini par être la cause même de sa chute. Avec les propres mots d’Amy Winehouse et des images inédites, Asif Kapadia nous raconte l’histoire de cette incroyable artiste, récompensée par six Grammy Awards.

  • No Home Movie, de Chantal Akerman (Belgique, France)

"Son dernier et meilleur film... une cinéaste et une femme qui m'a beaucoup marquée."

Parce que ce film est avant tout un film sur ma mère, ma mère qui n'est plus. Sur cette femme arrivée en Belgique en 1938 fuyant la Pologne, les pogroms et les exactions. Cette femme qu'on ne voit que dans son appartement. Un appartement à Bruxelles. Un film sur le monde qui bouge et que ma mère ne voit pas.

"Un projet qui a demandé un immense travail de recherche et d'écriture (voir la longueur du générique...), un contenu vraiment édifiant, qui pose beaucoup de questions et propose quelques alternatives..."

Il est temps d’en savoir autant sur Internet qu’Internet en sait sur vous ! Dans « Do Not Track », vous êtes le personnage principal. Sur la base de votre propre utilisation d’Internet, ARTE lève le voile sur les enjeux du tracking. Une série documentaire interactive qui fait oeuvre de service public, sept épisodes, en ligne à partir du 14 avril 2015 sur arte.tv/donottrack

REDA BENJELLOUn
REDA BENJELLOUn
  • Roshmia, de Salim Abu Jabal (Palestine, Qatar, Liban, Émirats arabes, Syrie)

"Drôle et touchant."

À Roshmia, la dernière vallée préservée d’Haïfa, un vieux couple mène son ultime combat contre les autorités locales. Depuis 1965, Yousef et Amna, octogénaires, mènent une existance paisible dans leur cabane, loin des tumultes de la modernité. La vie suivait paisiblement son cours jusqu’à ce que les autorités locales autorisent un nouveau projet de construction routière et ordonnent la confiscation des terrains, la démolition de la cabane et l’expulsion de ses habitants.

Roshmia trailer from Boujabel on Vimeo.

  • Les pharaons de l'Egypte moderne (trilogie), de Jihane El Tahri (Egypte, France)

Le 25 janvier 1952, la révolte des Égyptiens s'achevait, le Caire en flammes. Le soulèvement populaire marqua le début de la Révolution, menée par les Officiers Libres, aboutit finalement à la disparition des vestiges du colonialisme britanniques en Égypte et demandent "Du pain, la liberté et la justice sociale". Le même jour, 59 ans plus tard, les Egyptiens se soulèvent à nouveau, cette fois pour se débarrasser du Président Hosni Moubarak. Comment l'Egypte d'aujourd'hui s'est-elle retrouvée au même stade qu'au moment de sa prise d'indépendance?

De l'exil du roi Farouk en 1952 au départ d'Hosni Moubarak en 2011, ce film documentaire revisite 60 ans d'histoire contemporaine de l'Égypte, en s'appuyant sur quatre piliers récurrents : l'armée, la société civile, les Frères musulmans et les interactions du pays avec les puissances étrangères. Une analyse fine s'appuyant sur des archives inédites, des extraits de films égyptiens et des témoignages de personnalités publiques de premier plan.

Après vingt années d’existence et de combats pour la presse indépendante algérienne, Malek Bensmaïl pose sa caméra au sein de la rédaction du célèbre quotidien El Watan, nécessaire contre-pouvoir à une démocratie vacillante, à l’heure où Bouteflika s’apprête à briguer un quatrième mandat. Une rencontre avec celles et ceux qui font le journal, leurs doutes, leurs contradictions, leur souci permanent de faire, chaque jour, un journal libre et indépendant. Une réflexion sur le travail et la pensée journalistique.

HIND
HIND
  • La chambre vide, de Jasna Krajinovic (Belgique)

"Pour sa sensibilité."

Sabri est parti combattre en Syrie. Sa famille s’est retrouvée seule face à cette absence insoutenable et soudaine. Saliha, sa mère, a décidé de ne pas se taire. Son histoire croise celles d’autres parents qui s’unissent, et luttent contre l’endoctrinement des jeunes par les réseaux jihadistes.

LA CHAMBRE VIDE - Bande annonce VF from Dérives asbl on Vimeo.

"Pour sa forme et pour parler - enfin - différemment du conflit israélo-palestinien."

1987. Une ferme coopérative, des activistes et 18 vaches face à l'armée israélienne, la plus puissante armée du Moyen-Orient. Un documentaire-animation qui raconte l'histoire d'un mouvement palestinien de résistance non violente et de désobéissance civile pendant la première Intifada.

  • Une jeunesse allemande, de Jean Gabriel Périot (France, Allemagne, Suisse)

"Pour avoir su tout mélanger avec un sens du récit certain."

Dans les années 1960, la jeunesse allemande rejette le passé nazi de la génération précédente. Le réalisateur français Jean-Gabriel Périot retrace le parcours des fondateurs du groupe Fraction Armée Rouge (RAF), utilisant leurs images, leurs interventions médiatiques et leurs films. On y suit le destin de l'intellectuelle Ulrike Meinhof, du journaliste Andreas Baader, du cinéaste Holger Meins, de Gudrun Ensslin et de l'avocat Horst Mahler. Ces brillants jeunes gens d'extrême-gauche ont fini par se radicaliser. Pendant les années de plomb à l'allemande, ils mènent des actions terroristes contre les institutions de la RFA, l'armée américaine ou le patronat...

LatestRime EL KHALIDYCinéma